Quelles assurances souscrire pour la conduite accompagnée ?

Le dispositif de la conduite accompagnée est encouragé par les pouvoirs publics. Depuis 2010, la conduite accompagnée recouvre trois dispositifs : l’apprentissage anticipé de la conduite, la conduite supervisée et la conduite encadrée. Ce sont des méthodes qui portent leurs fruits, mais qui exigent une bonne assurance auto. Voici tout ce que vous devez savoir sur les assurances de la conduite accompagnée !

Le principe de la conduite accompagnée

Voici les déclinaisons de la conduite accompagnée :

L’apprentissage anticipé de la conduite (AAC)

L’apprentissage anticipé de la conduite (AAC) est un dispositif qui permet aux jeunes conducteurs d’acquérir une expérience de la conduite. Ceci, sous la supervision d’un ou de plusieurs accompagnateurs. L’AAC se fait dans des conditions de circulation variées. Il permet de se préparer pour les épreuves pratiques et pour l’obtention du permis de conduire. L’apprentissage anticipé de la conduite permet de passer le permis de conduire des 17 ans et demi.

Il est possible de s’inscrire à l’apprentissage anticipé de la conduite en école de conduite dès l’âge de 15 ans. Pour cela, les mineurs doivent avoir l’accord de leurs parents et de l’assureur de la voiture qu’ils conduiront. Le jeune conducteur doit être titulaire de l’Attestation scolaire de sécurité routière (ASR) et présenter une copie de l’attestation de recensement à l’inscription. Il peut également présenter un certificat individuel de participation à la journée défense et citoyenneté ou une attestation individuelle d’exemption.

Pour conduire aux côtés de son accompagnateur, le jeune conducteur doit avoir réussi l’épreuve du code. Il doit avoir suivi au moins 20 heures de conduite en auto-école et détenir l’attestation de fin de formation. Pendant la période de conduite avec l’accompagnateur, qui est d’au moins un an et de 3000 km au minimum, l’élève doit suivre les rendez-vous pédagogiques en auto-école. Quant à l’accompagnateur, il doit justifier d’un permis B depuis au moins 5 ans sans interruption. À savoir que l’AAC a l’avantage de réduire la période probatoire à 2 ans.

La conduite supervisée

Adressée aux candidats de 18 ans et plus, la conduite supervisée demande à ce que les élèves soient inscrits en auto-école. Ce dispositif leur permet de compléter leur formation initiale par une phase de conduite accompagnée. Cela leur permet d’acquérir de l’expérience avant le passage de l’épreuve pratique. La distance minimale à couvrir sous la conduite supervisée est de 1000 km.

Comme pour l’AAC, il faut avoir réussi l’épreuve du code et avoir suivi au moins 20 heures de conduite en auto-école. En principe, c’est l’enseignant qui donne l’autorisation à l’élève de se tourner vers cette option. Pour cela, il se base sur la maitrise du véhicule, des compétences et des comportements du jeune conducteur.

La conduite encadrée

Accessible des 16 ans, la conduite encadrée permet aux jeunes d’acquérir de l’expérience sur la route. Ce dispositif vise principalement les jeunes conducteurs qui se préparent pour des métiers de la route et qui suivent des cours et des formations dans des établissements de l’Éducation nationale.

Pendant toute la formation scolaire, la conduite accompagnée prépare les élèves à passer leur permis de conduire. Ils pourront conduire avec leurs accompagnateurs respectifs une fois les épreuves du code et de la conduite réussis. Normalement, c’est le chef d’établissement qui donne son accord au jeune conducteur.

L’extension de garantie

Le véhicule utilisé dans le cadre de la conduite accompagnée doit obligatoirement être assuré. L’assurance va permettre de couvrir le jeune conducteur en cas d’accidents ou de problèmes pendant toute la durée de la conduite accompagnée. C’est au propriétaire du véhicule de souscrire une extension de garantie spécifique mentionnant le nom du ou des accompagnateurs.

Sans cette extension de garantie, il ne sera pas possible de conduire aux côtés d’un accompagnateur. De même, il est obligatoire d’obtenir l’attestation de fin de formation initiale (AFFI) pour être autorisé à conduire avec son accompagnateur.

L’extension de garantie n’entraîne aucune hausse de cotisation. L’assureur est libre d’accepter ou de refuser d’assurer ce nouveau risque. S’il accepte, il modifiera alors votre contrat d’assurance auto par voie d’avenant.

Or, l’assureur peut refuser de donner cette garantie si l’accompagnateur a été condamné pour certains délits, comme l’homicide, les blessures involontaires, la conduite sous l’emprise d’un état alcoolique, le délit de fuite, le refus d’obéir à un ordre de s’arrêter et la conduite en période de suspension ou d’annulation de permis, entre autres.

L’assureur peut également refuser la demande d’extension de garantie s’il estime que la conduite présente un risque trop élevé.

Il est bon de savoir qu’en cas d’accident lors de la conduite accompagnée, une partie des dommages restera à la charge de l’assuré dans la limite de la franchise « conducteur novice ». La franchise peut s’appliquer à la garantie des dommages causés aux tiers et aux garanties des dommages causés au véhicule de l’assuré. Notez qu’il faudra faire parvenir à votre assureur certains justificatifs avant le début effectif de la conduite accompagnée.

L’assurance auto du jeune conducteur

Le jeune conducteur qui pratique l’apprentissage anticipé de la conduite a l’avantage de bénéficier de meilleurs tarifs. Les avantages tarifaires ont pour but d’encourager cette formation. Le jeune conducteur ne paie que 50% de la surprime.

Si l’assuré n’a été responsable d’aucun accident après sa première année d’assurance, il bénéficiera d’une réduction de la surprime. À savoir que certains assureurs proposent des garanties aux conducteurs novices sans appliquer une surprime et que seul l’AAC est concerné par ces dispositions.

Il existe également d’autres solutions pour diminuer le coût de l’assurance auto des jeunes conducteurs que nous vous proposons de découvrir dans l’article suivant : Assurance automobile et jeune conducteur

A lire également :

Tout savoir sur l’assurance auto connectée

Assurance : il est maintenant possible de faire un constat sur smartphone

Assurance auto : homologuer un véhicule

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *